Anti-Life - Film (2021)
Anti-Life - Film (2021)

Film de John Suits Action, science-fiction et Épouvante-horreur 1 h 32 min 18 mars 2021

Bientôt père, un jeune mécanicien travaillant sur une navette spatiale destinée à trouver une nouvelle Terre se retrouve à déjouer une force cosmique malveillante qui a l'intention d'utiliser la navette comme arme.

  • Seed
  • :
  • 1051
  •  
  • Leech
  • :
  • 368

Anti-Life torrent


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Bande annonce:


Plus besoin de présenter Bruce Willis, cette ancienne gloire des années 80/90 qui s'est depuis vautré dans des apparitions friquées de DTV moisis. Il incarne ici le superviseur d'hommes d'entretien d'un vaisseau spatial (enfin, il incarne plutôt son propre rôle d'égocentrique particulièrement exécrable envers ses pairs) au côtés d'un Callan Mulvey décidément omniprésent, une Rachel Nichols et un Thomas Jane oubliés de tous et un rookie issu de séries TV qui, s'il n'a pas son nom sur l'affiche, demeure bel et bien le vrai héros de cette production canadienne signée John Suits (The Scribbler, Pandemic).

Je viens de me taper l'effroyable Nightflyers et voilà que j'enchaîne avec un autre rip-off foireux qui tape dans tous les films de SF du monde, de The Thing à Alien en passant même par la dilation temporelle d'Interstellar. Mais ce qui aurait pu être tout au plus un sympa petit DTV sans prétention n'est au final qu'un navet de plus à rajouter au palmarès de toute l'équipe du film, Breach narrant les mésaventures de membres d'un équipage aux prises avec un parasite alien qui infecte peu à peu ses occupants et les transforme en espèce de zombies meurtriers. Ah ça vole haut.

Encore plus mal éclairé que dans Doom (auquel il emprunte pas mal d'éléments en fin de bobine, encore un rip-off tiens), cadré et monté n'importe comment, aux scènes d'action illisibles auxquelles il manque avec évidence des plans d'insert, aux bruitages d'un autre monde et aux CGI confectionnés par la première version d'After Effects, hémoglobine numérique et flashs de tirs de flingues factices en prime, Breach ne fait pas peur, n'amuse jamais et s'avère contre toute attente assez avare en gore en dépit de son sujet. Un produit confectionné pour pas grand monde et avec un soin déplorable. Allez on tire la chasse deux fois.